CHRONIQUE DE MARS

CHRONIQUE DE MARS

 

Chers Licencié(es)

 Je voudrais d'abord avoir une pensée pour ces êtres humains (comme vous et moi) qui, à 3000 kms d'ici; vont peut-être perdre leur maison, une partie de leur famille voire leur vie.

Pendant ce temps, notre beau Sud Ouest qui voit éclore les 1ers bourgeons du printemps a été secoué par un litige sur la compétition des triplettes D1.

Ce jour-là, un joueur titulaire d'un test PCR négatif de moins de 24h a joué .Peut-être à tort ! Pourtant un test PCR négatif tout récent n'est-il pas plus crédible de la bonne santé du joueur qu'un carnet vaccinal ? Ce dernier n’atteste nullement que le bénéficiaire ne soit pas porteur du Covid ? Cela démontre l'incohérence du système. Mais il y a un règlement, alors !!!!

 Devant l'ampleur de certains commentaires bien virulents, loin des drames précipités ; j'ai considéré que notre Comité n'aurait pas la sagesse et la compétence pour traiter ce dossier dans le CALME, L'OBJECTIVITE et la SERENITE.

 Dès lors, j'ai pris la décision, seul et je l'assume pleinement de transférer ce dossier à la Fédération qui actuellement instruit ce litige..

 Alors que la RAISON l'emporte ! Que l'ensemble de ces (rares) joueurs véhéments respectent dans le calme la décision nationale qui sera prise ! Soyons mesurés dans nos propos, nos jugements.

 Il y a beaucoup plus grave malheureusement que les intérêts sportifs d'une ou plusieurs équipes !

 Pendant ce temps, notre Comité a travaillé. Il a validé 2 manifestations importantes. Le Cap d'Agde pour le week-end du 8 Mai et en suivant le Festival de Blanes (déjà quasiment complet).Si certains veulent s’inscrire, dépêchez-vous car bientôt ce sera trop tard.

 Nous espérons vous retrouver nombreux pour profiter des beaux jours en jouant au tarot tout simplement. Que la Fédération soit remerciée pour son aide dans la communication de ces 2 événements.

Que l'amitié autour de nos tables de jeux nous permette de trouver un peu de sérénité et le plaisir qui va avec et ce, PAISIBLEMENT. !!!

 Bien à vous

 Thierry Deléris